Comment le blouson bomber est devenu une veste archétype, l'article ultime!

person Posté par: Rédacteur Style Urban Cuir list Dans: Actualités du cuir Sur: comment Commentaire: 0 favorite Frappé: 52

Au cours des dernières décennies, nos influences et tendances collectives en ce qui concerne la mode (ou autres) ont été reléguées au souvenir très primitif des choses du passé. Évidement, pourquoi vouloir ré-inventer la roue? (ironie).  Pourquoi une telle dévotion frénétique pour les vieilles choses? À une certaine époque, on concevaient des choses utiles, nécessaires et devenues par la force des choses: indispensables.

Sans compter que les « designer » de l’époque, en amont d’apporter une innovation révolutionnaire, concevaient les choses pour perdurer dans le temps. Toute chose conçue, était donc faite pour subsisté et non se dégradé volontairement. Oui il fut un ère où l’obsolescence programmée n’existait pas.

Qu’est qu’un blouson bomber?

Aujourd'hui, le terme «bomber » du nom Français « bombardier » est un terme général dans le secteur de la mode qui décrit un blouson dérivé du monde militaire, il était remis aux pilotes de vol de l’aviation militaire Américaine dans la première moitié du XXe siècle. Bien que le blouson de vol aviateur, ou bomber original ait été conçu pour garder le pilote au chaud par temps très froid, la plupart des blousons conçus aujourd’hui conservent énormément de spécificités qui le rendaient si emblématique au départ de sa création. Le blouson bomber est généralement confectionné en cuir, en peau de mouton ou en tissu imperméable. Le blouson est coupé à la taille, fermé par une fermeture à glissière ou par des boutons, et présente des poignets et un ourlet élastiqués. Le col peut être porté à l'envers et fixé autour du cou pour une protection supplémentaire contre les intempéries.

Le début du siècle dernier fut marqué par l’essor de l’aviation, lors de ces débuts, les cockpits des avions étaient ouverts. La conduite de ces nouveaux modes de transport était fastidieuse à cause du froid et du vent infligés au pilote. Le blouson bomber a été initialement conçu par l’armée de l’air Américaine pour protéger les pilotes de ces conditions extrêmes, avec une isolation thermique accrue, des fermetures serrées autour de la taille, des poignets et du cou, ainsi qu'un extérieur robuste et résistant aux intempéries. Pendant la Première Guerre mondiale, les matériaux premiers de performance étaient tous des produits naturels. Les bombers étaient donc en peau lainée de mouton, en fourrure et en cuir résistant.

L’apparition du nom « bomber » fut attribué pendant la Seconde Guerre mondiale. Les raids de bombardement à haute altitude sur l’Europe étaient devenus l’une des principales missions aériennes de la guerre. Les avions dit « bombardiers » transportaient des équipages ne faisant pas partie de la navigation aérienne comme les mitrailleurs postés dans les cockpits non pressurisés et non chauffés, exposant les pilotes et l’équipage à des températures pouvant atteindre jusqu'à -50 ° C. Au fil des ans, de nombreuses versions et modèles de bomber ont été créés. Aux États-Unis, les vestes «B» étaient généralement en peau lainée de mouton, alors que les modèles «A» étaient en cuir doublé de laine, de coton ou de soie.

Le commencement : le flight Jacket A-1 ou bomber A1.

La veste A1 était un vêtement (blouson) militaire obligatoire. Progressivement devenue un accessoire de mode quotidien, il est souvent réinventé dans des coupes contemporaines et des cuirs ou tissus luxueux par les créateurs de haute couture et le prêt à porter. Ce blouson est né dans les années 1920, sa coupe fine et élégante sont les caractéristiques des ces années du début du XXème siècles. Standardisée par la Marine Américaine en Novembre 1927, confectionné en cuir de cheval (cet animal étant en grand nombre), il était constitué d’une fermeture à boutons en corne d’animal car les fermetures à glissières n’existaient pas, un col montant en laine côtelée, deux poches cargos à rabat, ainsi qu’une fermeture en laine élastiquée aux poignets et une ceinture lainée à la taille, (la laine élastique des poignets et la ceinture lainée élastique établissait la norme de conception pour les blousons de l’aviation U.S).

De 1927 jusqu’aux années 1931, ce blouson a progressé dans le secteur aéronautique de l’armée U.S, en le consacrant aux pilotes de l’armée de l’air Américaine. Ainsi on a pu voir des généraux comme Ira Eaker ou Carl Spaaz portés ce blouson de chasseur des airs. 

Le blouson aviateur A-2 ou l’anonyme du blouson G-1?

En 1931, l’armée Américaine a finalement abandonné Le « flight Jacket A-1 », car il n'était pas assez efficace et adapté à l’essor de l’aviation, et donc les usages pour lesquels ils avaient étés créé. Le blouson A-1 fut remplacé par le blouson A-2. un blouson plus souple, à la coupe sur-dimensionnée, une fermeture à glissière sur le devant et un col à boutons-pression recouvert de laine de mouton. L’existence du A-2 étant établie, une comparaison naturelle avec son prédécesseur le A-1 devait indéniablement avoir lieu.

Quelle différence entre le blouson en cuir A-2 et son aînée le A-1?

Quand le blouson A-1 aborde une coupe prés du corps, un col montant, et une fermeture par gros boutons, il se classe dans la position idéale entre militaire et vestimentaire chic. Ce genre de blouson se marie parfaitement avec une cravate, une chemise, ou un polo à manches courtes ou longues, ce qui en fait, l'un des vêtements adaptables pour une allure soignée, voir bon chic, bon genre.

Le A-2, quand à lui, a une coupe surdimensionnée, un confort plus souple d’utilisation, une fermeture zippée, et un col chemise. Ces changements incrémentales et majeures lui confère une coupe et un style plus sportifs et décontractées que élégants. Malgré la popularisation du blouson A-2, notamment en 1964 dans le film « La grande évasion » avec le célèbre acteur Steve Mc Queen qui le porte sans son col en laine, le blouson A-1 a su se démarqué par une élégance sans efforts, un caractère paternel, raffiné et distingué. Le bomber A-2 appartenait majoritairement aux pilotes et personnel militaire. Ils avaient pour habitude de personnalisés fréquemment leurs blousons avec des dessins de pin-up, ou des broderies relatant leurs exploits de combat. Ce blouson a migré vers le grand public Américain, où il est devenu un vêtement classique et abordable convoités par les civils et le personnel militaire.

Le successeur de l’A-2 est le modèle M-422A, mais ce dernier se fait plus communément appelé le modèle G-1, une appellation vulgarisée et démocratisée pour définir les nombreuses variantes du blouson, comme par exemple le col revêtit de fourrure ou non. Le blouson G-1 a fait ses débuts au cours de la Seconde Guerre mondiale, mais son engouement à perduré au cours des décennies suivantes. La marque Française Chevignon le démocratisa en Europe avec un cuir usé au style vieilli. Il fut aussi utilisé par des nombreuses stars comme Tom Cruise dans le film « Top Gun » en 1986.

Les blousons bombardiers en mouton B-3 et B-6.

C’est le blouson classique d’équipage de bombardiers B-17 et B-25 à haute altitude de l’ U.S.A.A.F pendant la Seconde Guerre mondiale. Le troisième blouson de protection conçu par l’armée U.S, le type B-3. (la lettre A désignant les blousons en cuir, et la lettre B les blousons en peau lainée de mouton).

Pourtant avant de devenir un blouson, le B-3 devait être une combinaison en peau de mouton, la recherche et le développement de l’époque avait lancé des prototypes d’expérimentations qui se sont avérés pas concluants. Cette combinaison de mouton fut donc scindée en deux partie distinctes en 1934, normalisant la même année le blouson B-3. Ce manteau en mouton est aujourd’hui une véritable pièce de collection vintage. 

Au courant des années 1930, l’armée américaine s’inspire des blousons bombardiers en peau de mouton de Leslie Irvin, conçues initialement pour la R.A.F ( Force Aérienne Royal ). Le blouson en peau lainée de mouton B-3 possédait un gros col montant avec deux lanières en cuir pour maintenir le cou et le tenir au chaud. Ce blouson, tout comme ses prédécesseurs, a été modifié fréquemment entre les années 1930 et 1940. En pleine âge d’or de l’aviation, les avions aussi se perfectionnaient, les cockpits des avions ont commencés à être isolés et chauffées. Le besoin des pilotes et de l’équipage d’un blouson moins volumineuse et moins chaud est apparu, c’est ainsi que le modèle aérodynamique B-6 fit la naissance. Il se caractérisait par une coupe plus légère, moins d’épaisseur de laine, un simple loquet en cuir et des poches obliques. 

Le bombardier B6 voit le jour vers 1943, alors qu’au même moment, les blousons bombardiers B3 étaient encore très utilisés, certains avions de chasse comme le P38 ne disposait pas de chauffage interne.

Le manteau trois quart bombardier B-7 ou parka arctique B-7

Produit entre 1941 et 1942, pendant la seconde guerre mondiale, le manteau en mouton B-7 est comme son grand frère le B-6, un blouson optimisé sur une base du B-3. Ce blouson en peau lainée de mouton à été spécifiquement conçu pour des zones de grand froids comme l’Alaska. Il est également connu sous le nom de parka arctique B-7. Il a été confectionné spécifiquement pour les membres de l'équipage du pilote et ceux travaillant au sol dans les zones froides et sous-développées comme l’Alaska. Ce manteau lainée a une longueur de trois quarts qui se révéle efficace contre les fortes tempêtes de froid et de neige. Sa capuche est doublée de fourrure de coyote. Sa production à été vite été arrêtée en raison du coût élevé de production du blouson, notamment en période de guerre, sa production continue ne pouvait pas être maintenue.

Le bomber B-10 et le bomber B-15

Pendant la seconde guerre mondiale, les nouveaux avions à technologie jet pouvaient atteindre des altitudes beaucoup plus élevées, et à des températures beaucoup plus froides que celles des avions à hélice. Les lourds blousons en mouton type B-3 faisaient transpirer les pilotes, cette même transpiration risquait, à haute altitude, de geler, et s’est avéré ne plus être en équation avec les nouvelles exigences de sécurité des pilotes. En 1943, l’U.S.A.A.F produit le blouson de vol B-10 en remplacement des blousons A-2 et B-6. C’est le premier blouson aviateur avec une finition en nylon, et non en cuir. 

Le nylon était originalement employé dans la fabrication des toiles de parachute. Ce blouson se veut fourré en Alpaga, plus léger, moins volumineux et plus polyvalent que ses prédécesseurs en cuir. Ce blouson de vol était optimale pour des températures allant de 25 à 55 degrés. Le blouson aviateur B-10 est vite devenus le favori des pilotes de chasse. Ce blouson était si convoité qu'il était même porté par de nombreux généraux non-volants qui avaient choisi de porter la veste alors qu'elle ne faisait pas partie de leur uniforme initiale.

Malgré sa popularité, le blouson bomber B-10 fut rapidement remplacé par le modèle B-15 le 7 Avril 1944. La veste B15 a été standardisée le 7 avril 1944. Elle constituait une alternative aux épais blousons en peau de mouton. Le b-15 contrairement au B-10 dispose d’une poche pour stylo sur le bras gauche du blouson et est équipé d’un col en laine de mouton. La longévité de vie du blouson B-15 fut également de courte durée, et l'armée ne tarda pas à changer encore de modèle pour les blousons MA-1 et MA-2. Ces vestes étaient généralement de couleur bleu foncé ou vert sauge avec une doublure orange vif. 

Le bomber MA-1 et le bomber MA-2

Le blouson de vol MA-1 est produit à partir de 1949, il est semblable au blouson B-15, reprenant le même design et les mêmes fonctionnalités. Sa différence: le blouson en nylon MA-1 aborde un col en laine de mouton. Ce blouson à été produit à très grande quantités et il équipait l’Army, L’air force ainsi que la marine. Dans les années 1960, il équipait même des pilotes des forces aériennes en Europe, le propulsant comme le plus vendue des blousons aviateurs. Au fur et à mesure le MA-1 subit des modifications. Il se débarrassant de son col en laine de mouton et le remplace par un col en tricotine, pour éviter tous contacts avec les suspentes du parachute, en cas d’éjection. Pour finir, le blouson est devenu réversible, sa doublure intérieure à été conçue en Orange afin d’être plus visible par le personnel de sauvetage en cas d’accident.

Le blouson de vol MA-2 ne tarda pas à naître, la MA-2 possède un col chemise, tandis que la MA-1 a un col tricoté. La célèbre marque Schott à rendu populaire ce blouson dans les années 1980 avec leur indémodable blouson bomber au scratch pectoral amovible. Depuis la mode s’empare constamment du modele de bombers MA-2, le dernier des flight Jackets, le dernier des bombers, le dernier des blousons de vol.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment!

Laisse ton commentaire

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre

Nouveau compte S'inscrire